AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 -- stockholm syndrome

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Adonis King
heartbreak(er) hotel ϟ

here since : 11/02/2018
dreams : 949
dollars : 75

pseudo : skycraper. (julie)
face, © : h. tømmeraas. (av/sharkloé)


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: [free] ●○○ | kali

MessageSujet: -- stockholm syndrome   Ven 1 Juin - 18:12


adonis, king
" j'fais que d'peloter des culs il m'faut une camisole "
------✩------

nom complet - king. patronyme court. patronyme qui sonne faux. king, c'est la plus grande banalité. king, c'est d'une simplicité inégalable. king, c'est pas son vrai nom. c'est plus un cadeau. un bon cadeau. auquel il s'est habitué au fil des années. son nom, c'était pas ça au départ. son nom d'avant c'était juste baker. baker qui a disparu aussi rapidement qu'il n'est apparu. king, la couronne brisée. posée en biais sur sa tête. quatre lettres. quatre pansements qui ont forcé la cicatrisation de ses plus profondes plaies. adonis. le trouble. le brouillard. prénom qui signifie seigneur. adonis, sale gosse voué à régner. à diriger un empire. à écraser la concurrence, capable de risquer le pire. surnoms - ado. la simplicité à l'état pur. brutale contraction de son prénom. la corde qui lui serre le cou depuis sa plus tendre enfance. ado, c'est basique. ado, c'est simple. ça évite d'écorcher son prénom. parfois même de le raturer. lieu de naissance et âge - bergen, norvège. les racines. lieu de naissance presque inconnu. dont les souvenirs sont très flous. probablement l'un des seuls détails agréable qui dessine le portrait de sa minable petite vie. 18 ans. majeur ailleurs, mineur ici. les putains de responsabilités qui pèsent sur le dos. les mensonges pour se glisser en boîte. éternel gamin insouciant noyé dans son immaturité. puérilité qu'il s'est façonné seul, depuis qu'il sait marcher sur ses deux pieds. nationalité et origines - américain. par procuration. depuis tout petit. il sait que c'est pas pour lui. adonis, il l'a pas connu le rêve américain. adonis, il le connaîtra sûrement pas. c'est comme ça, y'a pas le choix. et pourtant on les saisit facilement, ses origines. rapidement. norvégien grâce aux parents biologiques. les traits du visage joliment façonnés, dessinés. à santa barbara depuis - six ans. gamin de douze ans qui débarquait en terres inconnues. adonis, livré à lui-même. adonis, seul contre le reste du monde. lui contre tous. tous contre lui. paumé dans cet énorme labyrinthe qu'il connait toujours aussi peu. gamin vulnérable qu'on bousculait volontairement dans les couloirs. qu'on insultait gratuitement. qu'on tabassait à la sortie du collège. jusqu'à ce qu'on inverse les rôles. occupation - lycéen. senior year. dernière année. dernière ligne droite. dernier cap à franchir avant d'atteindre la liberté. terminé les réveils matinaux. les cours à rallonge. les profs casse-couilles et les gens relous. pourtant ça lui manquera. ça lui manquera les nanas du lycée. les soirées étudiantes. les sorties entre potes. forcément qu'il sera nostalgique. hacker. secrètement. ça se crie pas sur tous les toits. il infiltre les réseaux du lycée. change ses notes parfois. d'autres fois il choppe des codes de cartes bleues. juste pour récupérer l'argent qu'il y a dessus. pauvre con, ce gosse. situation familiale - trop pauvres qu'ils étaient, les baker. les factures s'entassaient et les paiements de loyer manquaient. aucune autorité, aucune règle. gamin livré à lui-même. ses parents l'ont lâché trop vite. ses parents l'ont laissé être balancé de familles d'accueil en familles d'accueil. depuis il vit mieux. enfin, il essaie. mais c'est mieux. beaucoup mieux. c'est plus saint. il a deux pères d'adoption. il a rien contre.  il a une fratrie énorme. tellement d'adolescents dans ce foyer qu'il les compte plus sur ses dix doigts. alors ça gueule d'un côté. ça crie de l'autre. la maison est jamais calme. y'a aucun moment de répit. même pas la nuit. c'est sa deuxième famille, à adonis. sa vraie famille. c'est là qu'il a sa place, c'est certain. situation financière - la galère financière est loin derrière lui. enfermée dans un placard à double tour. placard entouré de chaînes. bloquées elles-même par des cadenas dont on a perdu la clé. y'aura plus jamais de crise financière dans sa vie, à adonis. aujourd'hui tout va pour le mieux. grâce à ses parents adoptifs tout va mieux. ses pères touchent assez d'argent pour subvenir aux besoins de leur famille toute entière. sans aucune exception. statut civique - célibataire. célibâtard. le cœur seul, le corps jamais. toujours accompagné. ça varie selon les jours. selon les humeurs. ça dépend. il se complaît parfois dans sa solitude et parfois, le corps féminin lui manque. alors il en laisse passer des nanas dans son lit. il les compte plus. et s'il est comme ça adonis, c'est juste parce qu'il a été brisé. parce que dans le passé, il s'est fait avoir. et il veut plus qu'on puisse le balayer. alors il fait du mal aux filles pour son plus grand bien. orientation sexuelle - hétérosexuel. le charme naturel féminin qui attire. les courbes qu'il redessine avec ses mains. leurs échines qu'il caresse avec habilité. gamines dont il vole parfois la virginité. enfoiré de première qui flanche sous leurs yeux de biches. il se lasse pas de leur beauté. il en faut peu. les yeux doux et les bouches en cœur. adonis, il évite les filles biens souvent. il évite de leur faire du mal. il s'tape toute sortes de tchoins qui se respectent pas. des filles faciles qu'il fout dans son lit à l'aide de deux ou trois disquettes. jamais amoureux. mi-matcho, mi-sado. il s'en est bouffé des claques et des insultes dans la gueule. traits de caractères - impulsif, manipulateur, rancunier, coureur de jupon, vulgaire, vif, violent, têtu, taquin, sociable, serviable, simple, rebelle, pervers, protecteur, possessif, jaloux, objectif, narcissique, loyal, lunatique, mystérieux, joueur, impatient, inébranlable, indépendant, fêtard, infidèle, bordélique, charismatique, attentif, arrogant. avatar - herman tømmeraas. groupe - golden crown.
si tu étais un élément ? - le feu. chaleur et fougue. vivacité sans pareil. une plante ? - le cannabis. addictions incontrôlables. inévitables. une saison ? - l'automne. l'âme en peine balayée par le vent comme les feuilles mortes. un mot ? - putain. vulgarité innée. un instrument de musique ? - la batterie. on y frappe fort. violemment. patate de forain dans la mêlée. une friandise ? - la boule de mammouth. pas besoin de dessin. une émotion ? - la vengeance. v pour vendetta. un des cinq sens ? - le toucher. trop de courbes à redessiner sans oser se lasser. un hashtag ? - #theriotclub.
— don't tell anyone, or you'll be just another regret.
(des corps dans des camions-bennes) les baker. longue histoire, les baker. compliquée, d'ailleurs. ils ont toujours réussi à marquer les esprits. jamais positivement, forcément. quand on a pas un rond. quand on a pas de quoi payer son loyer, ses factures. à bouffer. tout le monde les trouvait louche. tout le monde se demandait comment ils avaient fait pour avoir un gosse. pour ne pas l'avoir placé en foyer dés le début. tout le monde se demandait pourquoi ils le torturaient à l'élever dans une vie de misère, adonis. les regards qu'on leur accordait étaient souvent pleins de dégoût. pleins de peine. le père baker qui se bourrait la gueule tout les deux soirs. la mère baker qui était devenue une junkie. un gamin à moitié abandonné, délaissé. qu'on a laissé se forger seul. s'éduquer seul. grandir seul. qu'on a laissé disparaître, partir. qu'on n'a pas retenu quand les services sociaux ont débarqués. (pour qu'un ciel flamboie) nouveau départ. nouvelle vie. bouleversée et bouleversante. loin de la norvège, loin des parents baker. à visiter plusieurs foyers en une journée. à passer de bras en bras pour voir comment ça se passe avec de nouveaux potentiels parents. voyage en terre inconnue pour le gosse. il est même pas sûr du nom de la ville dans laquelle il se retrouve. paumé. ça fait quelques jours qu'il y ai. quelques jours que le soleil chaud de santa barbara lui éclate la rétine. quelques jours qu'il prend conscience que sa vie d'avant est terminée. enterrée. six pieds sous terre. loin derrière lui. (au fond des corps un coeur qui bat) les king. deux pères. plein de gosses. trop de gamins. une famille en plus à noter sur un tableau. une autre grande baraque à visiter. un tas de sourires et de bonnes impressions qui se perdent. adonis, quand il franchit le pas de leur porte, il sent que c'est là. il sent que c'est le bon endroit. que c'est là qu'il doit être. il sait qu'il veut vivre dans l'anarchie et le chaos d'une famille trop nombreuse. adonis, il veut pouvoir dire qu'il à des frères et sœurs. qu'il grandit dans une famille aimante. qu'eux, jamais ils ne le laisseront tomber. adonis, il sait que c'est les king qu'il lui faut. il sait qu'ils sont synonyme d'une nouvelle vie. bien meilleure. loin de la galère. alors les services sociaux ont accepté. ils ont accepté la requête du gamin. le gamin qui voulait pas partir. qui voulait pas sortir de ces murs blancs. qui voulait pas quitter les bras de ses futurs deux parents. l'amour de ses futurs frères et sœurs. (dangereux quand j'pète un capable, patate de forain dans la mêlée) le gamin turbulent. gosse qui tient pas en place. adonis, le feu. le volcan en ébullition. adonis, les insultes qui fusent trop souvent. les bagarres qui éclatent dans la cour de récré. adonis, vulgaire brute. petit monstre. les poings fermés et les dents serrés. gamin convoqué beaucoup trop souvent dans le bureau du proviseur. adonis, gosse qui a pas froid aux yeux. pré-adolescent qui n'a peur de rien. surtout pas du fait qu'on puisse lui casser une dent. brutalité qui l'a suivie encore longtemps. qui le suit toujours à vrai dire. adonis impulsif. toujours à frapper quand quelque chose ne va pas. quand un mot est prononcé de travers. quand un regard paraît mauvais. adonis, les combats clandestins le temps de quelques nuits. gamin qui fait de la boxe et divers sports de combats. à mains nues ou avec des armes blanches. petit secret qu'il ne partage qu'avec lui-même. pauvre gosse que l'anarchie possède. (j'veux pas devenir comme vous, même pas de temps en temps) le lycée privé. les belles études. c'est ce qu'on lui a promis. c'est ce à quoi il était destiné en arrivant chez les king. pas le droit à l'erreur. aucun dérapage ne serait toléré. un bel avenir dans les poches et un métier qui pourrait rapporter. adonis, destiné à se fringuer correctement. à faire preuve de superficialité pour se fondre dans la masse. à porter des masques pour plaire aux gens. adonis, scolarisé au lycée privé mais hanté par le chaos du lycée public. les origines qui refont surface. le milieu social pourri des baker aussi. (j'sais que c'est de ma faute si j'ai la cervelle qui se perfore) le mauvais chemin. il l'a emprunté. une fois, deux fois. trop souvent. alors que les parents king ont toujours essayé de le faire rester sur le droit chemin. adonis, il est pas calme. il peut pas le rester plus de cinq minutes. adonis, il aime braver les interdits. s'aventurer là où il a pas le droit. adonis, à cause de potes de collège, il est parti en couilles. tôt, trop tôt. à quatorze ans à peine. deals de drogue, vols. combats de rue, courses illégales. gamins entouré des chaînes d'une connerie plus puissante que sa propre conscience. il est parti en vrille. adonis, il a commencé à boire. à coucher. tôt, trop tôt. c'est là qu'il a commencé à enchaîner les conquêtes. à sortir avec une autre fille tous les soirs. à être célibataire mais pourtant jamais seul. c'est là qu'il trouvait du réconfort dans le plaisir de la chair. (dans l'équipe que des vrais gars) le football américain. une équipe. une seconde famille. des gamins comme lui. parfois un peu paumés, toujours à faire des conneries. à les enchaîner comme si leur vie en dépendait. adonis, il est obligé de relâcher sa haine dans un domaine. adonis, il a besoin de se dépenser. alors forcément adonis, il les a rejoint. et il a vu en eux des frères. des gars à qui il lâcherait jamais la main. des gars qui le lâcheraient probablement pas, eux non plus. ça fait leur force sur le terrain. (sur l'matelas que des vrais gos) le double jeu. ça aurait pu être une simple équipe de football américain. ça aurait pu être des gars qui cherchent juste à gagner leur saison. à remporter des trophées. à les afficher dans les vitrines du couloir du lycée mais non. les affinités les ont poussés plus loin. éternels séducteurs en recherche de popularité. de respect. de reconnaissance. pauvres gamins en manque. en manque d'amour, d'affection. des coeurs brisés, des coeurs de pierre qui cherchent à en briser d'autre. alors il les font tomber, les nanas. dans leurs filets du diable. il les charment à coup de sourires, avec quelques mots doux. dans le seul but de les glisser sous leurs draps. et ça marche, le trois-quart du temps. ça convient aux nanas. ça leur convient à eux aussi. pas d'attachement, pas de sentiments. quoique, ça dépend. vulgaires connards qui notent leurs conquêtes et leurs meilleurs coups dans un fuck book. la plus belle paire de fesses, le plus beau sourire. les plus jolies formes. forcément, faut des critères. forcément qu'ils poussent leur jeu un peu trop loin. (ton corps dans ma rétine c'était sensoriel) l'amour, toujours. le vrai. sans artifices, sans filtres. l'amour auquel on croit. pour lequel on se donne corps et âmes. celui pour lequel on pourrait tout laisser tomber. tout relâcher. l'amour avec un grand a, à ce qu'il paraît. celui à cause duquel on devient aveugle et con. trop con. adonis, il l'a connu, cet amour. cet amour qui l'a brisé et qui l'a mis à terre. qui l'a poussé à enchaîner un tas de nanas. y'a eu cette fille, cette fille avec qui il est resté pendant des mois. cette fille avec qui il était bien. trop bien pour se douter qu'elle pourrait lui mettre à l'envers. cette nana qui lui redonnait goût en la vie et qui a fini par le tromper avec son meilleur ami. pauvre conne. (l'avenir m'appartient, j'aurais qu'la gloire en ma compagnie) adonis il s'en branle de ce que les gens pensent de lui. certains voient en lui un gamin qui pense qu'à sa gueule, plein d'thunes. qui revient de loin. très loin. d'autres pensent que c'est un gosse à qui la vie à sourit. il a appris à passer au-dessus d'ça. ça pourrait l'atteindre mais il s'en fout royalement. il perd pas son temps avec les gens qui l'jugent négativement. il gère sa vie comme bon lui semble. comme il l'a toujours fait. c'est un meneur, pas un suiveur. il suit pas l'choix des autres et fait jamais appel à qui que ce soit pour l'aider.

pseudo/prénom - skycraper, julie. âge/localisation - 18 ans, douce france. avis sur le forum - il craint à mort, avouez. red. où l'avez-vous connu - j'ai un trou de mémoire, vous m'excuserez. well. autre - we're back bitches. no ugh.


Dernière édition par Adonis King le Dim 3 Juin - 13:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
-- stockholm syndrome
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F) STOCKHOLM SYNDROME Ҩ ft. Ariel - The Little Mermaid
» Le syndrome crevettien
» Serge Brussolo - Le Syndrome du Scaphandrier
» [Loevenbruck, Henri] Le syndrome Copernic
» Stockholm insolite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
teenage dream never dies ✩ :: this is what you came for :: nobody like you :: do it right-
Sauter vers: