AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A Sunny Afternoon ♥

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

here since : 18/06/2018
dreams : 64
dollars : 95

pseudo : Blanche
face, © : Kim Jennie, suture


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: (4/4)

MessageSujet: A Sunny Afternoon ♥   Mar 19 Juin - 17:02



@Macgregor Day

Te voici dévalant les escaliers de ta belle maison, tu pensais avoir entendu Mac klaxonner ... Fausse alerte, tu ralentis et tu te mords la lèvre. La tenue du jour s'agissait d'une paire de slim foncée, un top off-shoulder rouge velvet ainsi de petits talons noirs qui accompagnaient à ton image classy. La queue de cheval que tu t'étais faîte chatouillait ton dos à moitié nu. Tu sortais ton portable et commençais déjà à harceler Mac de messages. Où était cette andouille ? Tu soupirais avant de te poser à l'entrée, sous l'immense porche de ta maison, ou mansion plutôt … C'était assez compliqué de savoir quel genre de propriété c'était au final. Tout ce que tu voulais c'était de partir avant que ton beau-père ou même ta mère ne rentre. Un petit sac en perles blanche autour de ton épaule, tu t'installais déjà confortablement contre la porte, lunettes de soleil sur le nez.
Ah, Mac' une histoire assez originale quand on y pense. Un ex' qui a su rester à la hauteur de tes exigences et qu'est-ce que c'est rare cela. Tu le vois arriver de loin, tu reconnais sa voiture et tu te souviens que vous n'avez pas le même statut financier, pourtant ça ne te dérange vraiment pas plus que ça. Tu aurais été une vraie pétasse si ça aurait été le cas. Caressant tes boucles d'oreilles tu t'approches de la voiture qui ralentit avant d'ouvrir la portière. « Finally you punk. » Tu dis, légèrement irritée avant de t'installer confortablement dans le siège avant. « I almost had to say hi the old trash. Let's go to the nearest mall. » Tu parlais de ton beau père, en parler te rendait mal à l'aise mais c'était différent avec Mac, il savait un peu ta situation et il ne te jugeait pas. « So, what's up ? Got a new gal' in your life ? » Demander ne faisait pas de mal, tu lui adresses un léger sourire en coin avant de soupirer. La température ne cessait de monter au jour le jour, l'été t'attendait et tu n'aimais pas ça. Tu perdais ton regard dans le paysage du quartier avant que la voiture ne démarre pour d'autres horizons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 09/06/2018
dreams : 124
dollars : 176

pseudo : atm,el.
face, © : jacob el, av/freesia


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: primrose, camila, alyssa,blanche, kennedy à venir (yakuzas)

MessageSujet: Re: A Sunny Afternoon ♥   Mer 20 Juin - 11:42

{blanche x mac }

« Je sors » - paroles tonitruantes, lancées à la cantonade et voila déjà que la porte de la maison claque – bruyamment- derrière l’éphèbe qui s’empresse de dévaler les quelques marches pour se précipiter vers la Bruick garée dans l’allée. L’entreprise est périlleuse, la pelouse est jonchée d’obstacles en tout genre (cela va du nain de jardin flippant au vélo laissé négligemment là par une petite sœur fainéante de compète).
Son téléphone vibre à nouveau contre sa cuisse, l’écran est bousillé depuis l’autre soir et il n’a pas encore trouvé le temps – ni les pécules – nécessaire à la réparation (difficile de jongler entre toutes les responsabilités – envers ses parents, son équipe, son patron, les yakuzas ; les obstacles, réels, il ne les compte même plus). La portière claque, manquant de se soustraire de ses jointures et Macgregor prend moins de trois minutes pour effectuer les dernières vérifications (la pauvreté nous oblige forcément à partager la bagnole avec les frangins en âge de conduire, pour ne pas compliquer davantage la situation). Déboîtement à la sauvage, marche arrière risquée et le voilà sur l’asphalte à rouler à une allure suggérant l’empressement, réclamant plus de mesures de sécurité – pas de sa faute, Blanche est une hyène qui apprécie largement la ponctualité ( l’expression flagrante de ses origines asiatiques) et Mac, quant à lui, est plutôt le genre de loustic qui se retrouve, malgré toute la putain de bonne volonté dont il peut faire preuve, irrémédiablement sur le banc des accusés – en retard par définition, répondant à un défaut de fabrication que rien ne peut solutionner.
Il passe de Schumacher à Alonso en un quart de seconde, retrouve le rythme de conduite d’un octogénaire ayant un début de cataracte, diminue progressivement jusqu’à atteindre le destination ; à chaque fois qu’il débarque pour servir de chauffeur au remake de Miss Daisy, il ne peut s’empêcher de constater qu’il existe un sacré fossé entre Hawthorn et lui et que l’idée même qu’elle veuille qu’il lui serve de laquais n’est pas si extravagante, lorsque l’on se penche sur leurs classes sociales respectives. D’ailleurs, il s’est toujours demandé pourquoi Santa Barbie high, finalement ?
Blanche a l’air « too good  for » - à peu près tout ce qui est dans cette ville, même le rassemblement le plus mondain.
« Whaaaaaat ? Nonsens, i’m late early » - lance-t-il, accueillant la jeune femme dans l’habitacle de son véhicule – qui franchement aurait pu nécessiter un léger rafraîchissement, le point positif, c’est qu’il n’a pas à débourser un seul dollar pour que son cockpit d’un nouveau genre soit propre comme un sou neuf étant donné le fait que le pater bosse pour les Montgommery et que ce simple fait lui permette de jouir des services de la « compagnie » ad vitam aeternam (pas ses dires, non, ceux du big boss, balancés lors du dernier repas échangé chez les Day ; c’est bien la première fois que sa mère avait autant charbonné derrière les fourneaux avec ces plats français à la con). « Na, no GF, my standards are humanly too high, plus in every aspects , no one comes close to you » - avance-t-il, de cette voix de crooner dont il n’hésite pas à user en la compagnie de son ex, parce qu’ils peuvent se le permettre, jouer avec les ressentis de l’autre car vaccinés contre toute atteinte réelle ; ils sont déjà passés par là, ils savent les risques et n’ont plus besoin de se raconter des bobards. Mac a de l’estime pour elle et , lorsqu’il lui lance une œillade, on pourrait clairement y déceler plusieurs kilojoules de chaleur, de tendresse – mais, for fuck sakes, n’espérez pas qu’il le formule à voix haute, plutôt crever. « What about the old trash ? I mean, any sign of fight or flight response to the threat ? » - combien de fois a-t-elle évoqué une envie de s'affranchir de son joug ? Combien de fois se sont-ils dessinés des mondes où les antagonistes n'avaient pas leur place ? Il essaye de se concentrer sur la ligne qui serpente nonchalamment devant lui mais, à dire vrai, tout ce qui lui importe ce sont les silences de Blanche.
Il la connait face à la foule, porteuse de son masque social.
Il la connait face à lui, vulnérable. Mac ne peut pas se targuer de bien des choses mais il peut au moins se targuer de vraiment la connaître. Il l'espère, en tout cas. « Whatever, nothing that a brand new dress wouldn't overcome, right ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 18/06/2018
dreams : 64
dollars : 95

pseudo : Blanche
face, © : Kim Jennie, suture


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: (4/4)

MessageSujet: Re: A Sunny Afternoon ♥   Mer 20 Juin - 13:47

« If only you knew. » Blanche avait cette très mauvaise habitude de se perdre dans ses pensées, un fil de pensées qu'elle avait depuis des années il faut dire, il ne s'arrêtait pas et ça s'accumulait d'une manière grotesque. Toutes ses disputes avec son beau-père, sa lente coupure avec sa mère, sa première année au lycée puis son recrutement dans le squad de cheerleaders. Son petit visage rond regardait à travers la petite fenêtre. Elle n'ignorait pas Mac', elle écoutait ce qu'il disait avec attention et d'ailleurs elle prenait son temps avant de répondre. Son ton, son sarcasme, tout ça faisait sourire la belle. Blanche réfléchissait aussi à la dispute assez violente qu'elle avait eu par SMS avec Aspen, mais elle ne pouvait pas laisser ça lui trotter l'esprit trop longtemps. Elle prit alors une grande respiration avant d'expirer silencieusement. Les remarques de son ex flattait l'adolescente au point de la faire sourire. « Well, I'm just a gift, aren't I ? » Disait-elle pour penser à autre chose, elle se mit à regarder le jeune homme avant de se mordre la lèvre. « I don't know, this time my step-father is being an extra-ass. But what do you want, I can't do much while I'm living under his roof. » Une vérité qui blessait Blanche d'une manière assez profonde, elle s'était entraîné à se désensibiliser de ce genre d'attaques, de situations, mais rien à faire. C'est pour ça qu'elle était bien contente que Mac était  là, il était l'une des seules personnes à qui elle se permettait être vulnérable. « What's new around ? Are footballers talking about the cheers ? » Disait-elle pour changer de conversation. « What are the Yakuzas doing ? » Ca, ça l'intéressait pas mal. Blanche aurait souhaité un groupe de personnes qui paraissaient aussi soudé que les Yakuzas. « How's your family by the way ? » Elle demandait rarement parce que ça l'intéressait aussi rarement, mais elle avait développé une relation avec Mac et sa famille. « You know, I can help you a bit if you want. I mean, I know you said no but... » Des allusions à l'argents, les fins de mois qui blessent, elles n'aimaient pas voir à quel point certains de ses proches galérer autant. Mac avait sa fierté, son égo que Blanche, voudrait parfois écraser pour son bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 09/06/2018
dreams : 124
dollars : 176

pseudo : atm,el.
face, © : jacob el, av/freesia


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: primrose, camila, alyssa,blanche, kennedy à venir (yakuzas)

MessageSujet: Re: A Sunny Afternoon ♥   Mer 20 Juin - 17:50

{blanche x mac }

« Damn, no » - s’entend-t-il répondre, pas un seul mec de l’équipe n’a l’air de vouloir dragouiller de la pompom girl, pas que l’idée ne frôle jamais leurs esprits (car il suffit de raccourcir une jupette pour affoler de la quéquette), ils sont bien trop obnubilés par leurs propres désirs et bien-être pour ne serait-ce que placer trop d’intérêt dans ce genre de conversation inutile (si son premier réflexe est de renier l’idée, il doit bien passer aux aveux, on ne la fait pas à Blanche Hawthorn, c’est un fait irrécusable). « Well, ya know that men think ‘bout sex every seven seconds, so, let’s just say that we do talk ‘bout the cheers squad once in awhile » - exactement, lorsque tous les autres sujets de conversation – c’est à dire le sport, la bouffe, les bagnoles, l’argent – sont complètement épuisés ; alors, à ces moments là, lorsqu’ils roulent leurs joints en se la jouant gangsta de bon pedigree, ils se rappellent que des nanas sont spécialement recrutées pour enduire leur superbe de paillettes.
« Hawthorn » - souffle-t-il, d’un ton ferme et sans appel ; la conversation qu’elle lance –orientée sur ses problèmes financiers -  ne mérite pas d’être entamée, ni à cet instant, ni plus tard, ce sujet là est aussi tabou que l’inceste ou les triptyques freudiens qu’on évite constamment d’aborder (il faudrait avoir un esprit critique et l’estomac parfois bien accroché et s’il ne doute pas que la demoiselle ait l’un, pas certain qu’elle soit garante de l’autre).
Il secoue la tête et accèlère, l’objectif de cette escapade – il n’est pas dupe, il sait bien que quelque chose cloche – est clairement de changer les idées de la belle, en ce sens, pas besoin d’assombrir le tableau à l’aide de réflexions intenses et autres pérégrinations psychologiques : à chaque jour suffit sa peine. Pourtant, lorsqu’il l’entend s’exprimer, il y a quelque chose dans sa voix, comme un problème flagrant dans sa tessiture qui lui irrite les tympans, fait hérisser ses poils, l’intime à creuser – mais s’il a bien appris une chose à sortir avec la tigresse, c’est bien de ne jamais la pousser à bout, il n’en tirerait rien à s’imposer à elle.
Elle ne s’ouvrira qu’avec le temps, que si l’envie est présente.
En cela, oui, il peut affirmer sans ambages qu’ils se ressemblent. Et c’est pour cette raison, peut-être (parce qu’ils réagiraient de la même façon à une attaque, à la pression) qu’ils n’ont jamais été compatibles sur le plan amoureux, se contentant de fleurir remarquablement dans un répertoire beaucoup plus amical. « Exactly, i said no for a huge reason and, thank you, to never bring that pity… or whatever it is to the table again » - il n’a besoin de l’aide de personne. (…) Goleta, localité paradisiaque de Santa Barbara ou QG régulier de leurs descentes spéciales binge-shopping , révèle leur nécessité de changer d’air, de décor, somme toute d’environnement pour se donner l’impression d’avoir effectué des centaines de milliers de kilomètres en ayant à peine consommé un litre d’essence. « That’s what i call escaping from reality and stuffs by losing ourselves to clothes , latte’s and juicing » - la Bruick est immobilisée sur un emplacement de parking, le soleil est au rendez-vous, que pourrait demander le peuple ?
Il quitte l’habitacle et invite son acolyte à le faire. « So, what’s next ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A Sunny Afternoon ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
A Sunny Afternoon ♥
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUNNY AFTERNOON
» Du tissu October Afternoon!
» Renseignement sur Sunny AT-7010 D
» Vidéo sympa / Jean Sunny
» Miryo ( feat Sunny ) - Saranghae saranghae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
teenage dream never dies ✩ :: santa barbara, california :: around santa barbara-
Sauter vers: