AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (no me fucking importa)

Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

here since : 21/06/2018
dreams : 13
dollars : 19

pseudo : atm, el
face, © : maggie @cosmic light


MessageSujet: (no me fucking importa)   Jeu 21 Juin - 22:31


Alejandra, Mora
"know your worth,
then
add tax
"

------✩------

nom complet -alejandra angelina anna cortez (triple "a", triple threat, babe, better know that) mora - arrachage dans les règles des excédents cathos (imprégnés d'une culture qui hurle comme une illustre cantatrice en fond), l'on se charge de  retenir qu'à la carnation s'ajoutent des traits de caractères que l'on prête facilement à cette île caribéenne, les lettres capitales ,remarquables, rappellent le soleil de San Juan.surnoms - Ale, Yéyé  -  il est , d'ailleurs, préférable de préciser (pour sa survie et surtout la tienne) qu'elle fait une intolérance marquée aux surnoms qui se multiplient plus rapidement qu'une Kardashian. Autant énumérer les règles d'entrée de jeu  et la première concerne la proximité, l'intimité  - l'appeler Yéyé se fera à tes risques et périls. entiendes ?lieu de naissance et âge - El Paso (TEX), là où l'air sent les cigarillos et les barbecues; dix sept merengue dansés à s'en bousiller les godasses nationalité et origines - chicana, chola, hispanique, des tiroirs pour ranger - la bomba n'est clairement pas une WASP et, chez elle, on ne s'ambiance  pas sur du Mozart. à santa barbara depuis - trois années, catapultée depuis l'effervescence de son east side angelin à l'accalmie florissante de la banlieue de Santa Barbara, entre les quatre murs d'une villa inspiration hacienda chez un père qu'elle n'avait jamais connu jusque là. après ça, à quoi bon mater des telenovelas ? occupation - lycéenne dans le privé - qui ne manque ni d'ambition, ni de répartie; elle anime depuis quelques années une émission à la radio de son établissement qu'elle a baptisé "You speak, yo hablo" une séquence durant laquelle elle n'hésite pas à dénoncer les dérives du système en général (avec une note de cynisme), en n'oubliant pas d'interpeller ces chers gringos "privileged". Si ça ne tenait qu'à elle, elle siégerait à la mairie ou au parlement sans passer par la case université; elle souhaite en tout cas intégrer une école de journalisme (hélas, ses notes sont loins de la mettre en valeur).situation familiale - avec trois oncles dans la mala et une mère fricotant avec des gros durs, quand cette dernière s'est retrouvée en taule pour trafic de stupéfiants, la niña a été ballottée d'une famille d'accueil à l'autre pour finalement  - après une pirouette bureaucratique digne d'un bouquin de Charles Dickens ou d'un scénario latino qu'on verrait venir de loin - être récupérée par le gars qui avait mis en cloque sa rêveuse de mère (elle continue toujours de l'appeler comme ça, du reste).  situation financière - elle, elle a zéro pesos dans sa poche, son nabab de pater, en revanche, avec sa marque de Tequila et ses magouilles politiques, lui, il est à l'abri du malheur. Ceci ne l'empêche pas de puiser dans le capital fourni de papounet, ça coûte très cher de rattraper les quatorze années d'existence vécues sans lui.statut civique - ça se mange ? Aucun étudiant de la wave ne sera jamais à la hauteur de son tempérament de feu et, à côtoyer cette espèce là, elle a remarqué que la plupart compte sur l'épaisseur de son portefeuille pour gagner quelques centimètres de longueur de queue. Comme si l'argent faisait le bonheur...orientation sexuelle - elles sont voluptueuses les chicas mais, ça n'est pas vraiment le genre de pain dans lequel elle aime mordre; elle les préfère grands, bien bâtis, ombrageux et intellectuellement limités (inversion de rôles où le mâle se fera trophée). La vérité, c'est que l'éclectisme de ses goûts révèle que chez elle, l'important c'est ce qui arrive à la prendre aux tripes et parfois, la seule beauté qui incombe est celle du coeur.traits de caractères - honnête, franche, incisive, maternelle, polissonne, discoureuse, bordélique, farceuse, orgueilleuse, fielleuse, batailleuse, activiste, curieuse, consciencieuse avatar - maggie lindemanngroupe - golden crown
si tu étais un élément ? - la terre matricielle et ce, jusqu'à la fin des temps. une plante ? - la passiflore bleue une saison ? - l'automne - les feuilles tombent et les putas se recouvrent.un mot ? - pendejo un instrument de musique ? - guitare acoustique. une friandise ? - skittles (juste les verts). une émotion ? - la colère - à l'instant où monte la moutarde au pif et où les invectives commencent à déferler. un des cinq sens ? - le goût. un hashtag ? - #reallife (#bitch,#Blessed,#Metoo) .


— don't tell anyone, or you'll be just another regret.

outsider POV.

Pas drama queen, pas malaisante, juste extrémiste de l’honnêteté et, elle est fort consciente que ce n’est pas le genre de trait que l’on encense, peu habituée à attirer la sympathie de semblables beaucoup trop bas de plafond pour comprendre toutes les subtilités que le quotidien leur offre généreusement.
Pas basic bitch, les monologues intérieurs qu'elle se tient ressemblent à des discours tout droit sortis d'une pellicule engagée, au scénario rédigé par un politicailleur de renom; pas le type superficiel et coloré (ses pensées ne sont pas ourlées d'organza, ni tapissées de rose, loin de là).
Alors, lorsqu'elle claque des talons - parce que s'imaginer l'activiste en veste  treillis kaki et pantalon cargo doublé serait à des miles de sa réalité - pour venir se planter devant toi, c'est à se demander si elle compte vraiment pousser une gueulante ou juste s'improviser pétasse du catwalk, brandissant une pancarte pour le fun, avec son décadent style.
Mais, quand elle l'ouvre, tout de suite, c'est à un autre niveau que tu te retrouves projeté. Le danger ne réside pas dans ses lèvres pleines, dans ses courbes égrillardes ou son regard sombre, il est dans cette cervelle de plusieurs milliers de centimètres cube qui renferme des connaissances qui te coupent la chique et te réduisent à une forme d'esclavage émotionnel. Avec elle, la loi du tout ou rien s'applique, soit elle devient une entité incontournable qu'il te plait d'apprécier, soit elle devient le réceptacle des frustrations que tu projettes - complètement indifférente à tes états d'âme, t'es qui, au fait ?
Ses rires éclatent, contagieux, ils sifflent près de tes tempes  et tu te retrouves exsangue ; son casier se trouve à cinq mètres du tien et tu le sais parce que t’as échangé avec ton binôme de sciences moyennant finance (et pas une somme dérisoire…).
Elle lance des « pinche pendejo » à tout va, des « puto » et t’as envie de lui écrire une ballade ou un poème même si t’es pas très doué pour ces deux trucs là.
T'as nommé une étoile Alejandra (rattachée à aucune constellation, peut-être pas celle qui brille le plus non plus mais, justement, c'est ce qui fait qu'elle reste unique à tes yeux).
Et quand elle se lance dans son "You speak, yo hablo"  tu te demandes comment cela s'fait que personne n'ait pensé à faire une compil' de toutes les fois où elle a soupiré dans son micro ? C'est à cause d'elle que tu as dévoré l'exemplaire de ' L'espagnol, pour le nuls' et investi dans le dernier album de Daddy Yankee.
A l'heure actuelle, tu ne sais dire que 'guacamole', 'fajitas' et 'no comprendo' ( et franchement, on est plutôt loin du compte).
Sa chambre est au premier étage d'une baraque pas trop mal aux teintes ocres pales très Don Diego de la Vega(parfois, il t'arrive de t'imaginer affublé du costume de Zorro, fier sur ton destrier blanc pour sauver la señora d'un soupirant machiavélique).
(Elle possède vingt sept coloris de rouges à lèvres et autant de  verni à ongles).
La wave abritait vraiment trop de cons fades jusqu'à ce qu'elle vienne foutre un peu de piment - shout out aux préjugés-, bousculant l'ordre établi. T'arrives pas à comprendre pourquoi les gens ne se montrent pas plus concernés par les problèmes mis en exergue par ses interventions ?  
Oh, elle a failli te frôler la semaine dernière c'était quasiment le plus beau jour de ta foutue  vie.

ale POV

Kimberly a vingt quatre ans, pèse cinquante kilos et est bardée de faux cils, de faux ongles,de  facettes et d’extensions (la liste est longue comme le bras d’Ale qui n’ose même pas penser aux kilos de silicon entrant dans le décompte de son poids). Elle s’agite et n’arrête pas de s’escrimer à plaquer une mèche de ses cheveux blonds platine depuis le début du repas, lançant toutes les trente trois secondes (Ale a compté) des regards énamourés à celui qui lui a gentiment offert un accès illimité à une gold card au plafond plutôt extra (en effet, il sort complètement de l’ordinaire).
Alejandra l’a trouvé là,
Kimberly fait partie des meubles.
Et, paraît qu’elle compte rester.
Elle lui a un jour dit – chut, confidence de filles, hein – qu’elle rêvait que papa Solis (Raphael Solis, le padre d’Alejandra donc) lui offre une bague en forme de goutte, d’une valeur de deux fucking millions de dollars (Diamonds are forever #GoldenGirl ) - Ale avait failli recracher le jus de mangue à vingt sept dollars les trente centilitres sur le t-shirt Dior de la bimbo écervelée.
Le pire, c'est qu'elles s'entendent merveilleusement.
Alejandra éprouve une tendresse à faire gerber envers Kimberly - attention- le vice versa est vrai aussi. Mais, plutôt claquer la bouche ouverte qu'aller se perdre dans les dédales d'un SPA en sa compagnie, Ale ne poussera jamais le vice jusque là.
Kim la couvre lorsqu'elle fait le mur à minuit pour aller taguer sur les établissements exploitants des clandestins.
Elle la couvre lorsqu'elle récolte les retombées de ses protestations au sein de la wave.
Kim sait que Ale a fait un court séjour en juvie et que le premier dérapage du même genre nécessitera des mesures sans précédentes de la part de Raphael dont la patience ne tient déjà plus qu'à un seul fil.
Ale aime la récidive.

- Où est Ale ?
- A El capitan, chéri, elle est partie surfer.


En tout cas, Ale n'est jamais là,
jamais là où on l'attend.


pseudo/prénom - atm,el. âge/localisation - el mismo avis sur le forum - d'amour où l'avez-vous connu -souk
autre -  lil' heart.


Dernière édition par Ale Mora le Sam 23 Juin - 12:50, édité 42 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 21/06/2018
dreams : 49
dollars : 67

pseudo : juliana, s.
face, © : charlotte mckee @excelsior.


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it:

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Jeu 21 Juin - 22:33

jsp, mais omg,
ta belle elle me semble bad ass af,
je veux un lien - absolument - que ce soit avec sam, ou bien forest -
well. well. well.  j'veux en savoir plus.
re-bienvenue I love you


Dernière édition par Sam Rawlins le Jeu 21 Juin - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 16/06/2018
dreams : 128
dollars : 308

pseudo : pureheart, claire
face, © : madison mclaughlin (av/pureheart) (gif/tumblr)


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: Mac, Alma, Camila, Jamal, Bowie's party, Beach party.

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Jeu 21 Juin - 23:16

Welcome here two hearts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 14/06/2018
dreams : 442
dollars : 344

pseudo : rizcolais
face, © : Thomas B.S. @Afanen


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: asketill, zooey, tc (3/5)

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Jeu 21 Juin - 23:18

rebienvenue sur le forum beauté lil' heart. lil' heart. lil' heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 11/06/2018
dreams : 223
dollars : 557

pseudo : gab
face, © : nat castellar, BLODREINA (avatar)


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: antigone, macgregor, alyssa, wolf, soirée sbh, coppelia, jamal

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Ven 22 Juin - 4:22

Rebienvenuuue, j’ai hâte d’en lire plus !  luuv. Et ce titre aussi mdr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité


MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Ven 22 Juin - 8:42

trop belle well. rebienvenue draw.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

here since : 18/06/2018
dreams : 27
dollars : 31

pseudo : point.
face, © : polly ellens, blue walrus.


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it:

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Ven 22 Juin - 9:07

oh je meurs. well.
si tu as besoin, im here. oups.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité


MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Ven 22 Juin - 10:32

t'es mash mash comme ça !
welcome back bb, amuse-toi bien romance.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

here since : 09/06/2018
dreams : 432
dollars : 668

pseudo : cosmic light (charline).
face, © : cindy kimberly, WILD HEART.


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: ruby, asketill, elias, olevia, silas, blanche

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Ven 22 Juin - 12:34

maggie est tellement cute, je l'adore eyes.
rebienvenue please.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 10/06/2018
dreams : 142
dollars : 350

pseudo : dragonfly. (Juliette)
face, © : Meredith, ©lilousilver ; icons signa ©vocivus


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: 2/5 libres

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Ven 22 Juin - 12:54

elle est canon elle brille.
welcome back chaton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 19/06/2018
dreams : 94
dollars : 194

pseudo : chloé
face, © : k. lawley (prométhée)


MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Ven 22 Juin - 16:03

j'adore tout ici, je veux un lien c'est impératif salut pervers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 21/06/2018
dreams : 13
dollars : 19

pseudo : atm, el
face, © : maggie @cosmic light


MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Ven 22 Juin - 19:24

merci, les amours. clin d'oeil. luuv. well.
@Sam Rawlins avec grand plaisir de rien. j'suis o-p. siffle2
@Stormi Kahn heart. je veux.
@Toby McGee ola papi me que pasa ? "impératif" mais. (mais, d'accord) siffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 16/06/2018
dreams : 148
dollars : 276

pseudo : gvlantis
face, © : bridget, @afanen


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: (4/4) tc (marella), beryl, aaron, ava (soon)

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Sam 23 Juin - 12:24

maggie la plus belle larmes.
j'suis vraiment fan d'ale, j'viendrais sûrement te demander un lien angel.
rebienvenue du coup romance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 21/06/2018
dreams : 13
dollars : 19

pseudo : atm, el
face, © : maggie @cosmic light


MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Sam 23 Juin - 12:47

@maggie st john
j'y compte bien. thx. romance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

here since : 16/06/2018
dreams : 158
dollars : 370

pseudo : dusk, cynthia
face, © : emma delury, i


❀ NEVER BE ALONE
side to side:
ready for it: nate, marella, kennedy, maggie, wphs

MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Sam 23 Juin - 12:52

ok, salut, jpp, je meurs well.
maggie est canon, ce que je lis parfait eyes. respect
rebienvenue heart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité


MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   Sam 23 Juin - 13:01

tout est bon pour moi, je valide hug.
bon jeu, amuse-toi bien avec ce nouveau bb two hearts. two hearts.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (no me fucking importa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(no me fucking importa)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
teenage dream never dies ✩ :: this is what you came for :: nobody like you :: do it right-
Sauter vers: